Analyse et didactisation du style oral dans un corpus de romans contemporains écrits en français par des auteur·e·s hispanophones

 

Nom et prénom de la doctorante : DESTAIS Clara

Sous la direction de : EVAIN Christine, BOURVON Marie-Françoise et OERI Julia (Université Complutense de Madrid)

Unité de recherche : LIDILE

École doctorale : ELICC

Année d’inscription en thèse : 09/2020


Titre de la thèse :


Analyse et didactisation du style oral dans un corpus de romans contemporains écrits en français par des auteur·e·s hispanophones


Résumé de la thèse :

Selon Delahaie (2011), Mangiante et Parpette (2004), les personnes ayant appris dans leur pays le français langue étrangère sont nombreuses à remarquer un fort décalage entre la langue française qu’elles ont apprise en cours, que nous qualifierons d’académique, et la langue française parlée au quotidien en France. En effet, si la langue académique est nécessaire dans le milieu professionnel ou universitaire, ce n’est pas celle à laquelle l’apprenant·e est confronté·e au quotidien en consultant certains médias, en lisant certains romans ou bien lors de conversations informelles. Cette thèse a donc pour objectif de permettre aux apprenant·e·s l’acquisition d’un français actuel et opérationnel, une langue qui soit plus proche de celle du quotidien pour que le décalage ressenti soit réduit. 

La langue utilisée en littérature est cristallisée, figée dans une époque donnée, ce qui en fait un élément représentatif de ladite époque, un témoignage de la langue parlée et écrite à ce moment-là. C’est pourquoi nous avons choisi de réfléchir à la littérature comme outil pour l’acquisition d’une langue opérationnelle (Parpette et Bouchet, 2017). Nous nous concentrerons tout particulièrement sur l’emploi du style oral, phénomène assez récent (Rouayrenc, 2015) qui se caractérise par l’utilisation à l’écrit d’éléments attribués au langage oral, à la langue parlée parmi lesquels nous pouvons citer les marqueurs discursifs, le lexique courant, voire familier ou les expressions figées. Les “constructions disloquées” (Tuomarla, 1999) ou ce que Rouayrenc définit comme “des figures qui correspondent à une rupture dans le déroulement syntaxique de l’énoncé” (2015) relèvent aussi d’un style oral de la langue. 

Les romans qui composent le corpus sur lequel s’appuieront les analyses de cette thèse ont tous été écrits par des auteur·e·s né·e·s hispanophones qui ont choisi le français comme langue d’écriture. Ce corpus possède un double intérêt : un intérêt linguistique évident mais aussi un intérêt culturel car nous retrouvons dans tous ces écrits des empreintes culturelles liées au pays natal de chaque auteur·e. Cela facilite alors « l’approche de l’Autre, la prise de conscience que l’Autre n’est pas tellement Autre” et “permet de se familiariser avec l’étranger et l’étrange, nous aide à surmonter les obstacles du dépaysement culturel et civilisateur, renforce le sentiment d’appartenir à une culture plus vaste” (Fréris, 2010 : 55). Et c’est là que se trouve l’autre intérêt de la littérature d’exil et de migration, nous donner l’occasion “de penser, de réfléchir, de voir différemment l’Altérité”. (Fréris, 2010 : 55).


Nature du financement :

Contrat doctoral établissement – Rennes 2

Obtenu le : 04/07/2020

Linguistique – Ingénierie – Didactique des Langues

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search