ELIA 2022-2026

Programme de recherche 2022-2026

Forte de son bilan scientifique 2017-2021, ELIA se donne deux objectifs pour ce nouveau contrat 2022-2026. Le premier consiste à poursuivre et à développer la recherche sur la langue orale en intégrant, cette fois, la dimension multimodale. Le second objectif vise à fédérer les travaux de l’équipe dans le cadre de la linguistique de corpus, en intégrant une recherche spécifique forte sur la donnée linguistique au sein d’architectures de ressources. En cela, et comme à son habitude, ELIA fonctionnera en synergie avec les deux autres axes thématiques en faisant bénéficier de ses travaux la recherche en didactique de la langue, qu’elle soit appliquée au FLM/FLS/FOS, ou aux langues des secteurs LANSAD (axe DILEM) ou qu’elle le soit à la traduction spécialisée (axe TRASILT).

[ELIA- PROGRAMME 1] : Dynamiques de la langue orale

Les recherches sur la langue orale constituent le coeur du projet ELIA. Elles ont donné de très nombreux résultats et ont permis à l’Unité d’être sollicitée dans le cadre de projets nationaux et internationaux. L’un des objectifs scientifiques forts est donc de poursuivre ses débats sur la langue orale et la langue orale représentée en intégrant une nouvelle dimension, celle de l’interaction et de la multimodalité.

Recherche 1 : Dynamiques des motifs discursifs et de la langue orale en interaction

Cette recherche renouvelle les travaux menés par ELIA sur l’organisation de la langue orale. Elle s’ouvrira au repérage et à l’analyse de motifs discursifs typiques (et atypiques) de la langue orale et aux analyses de la langue en interaction. Le travail sur la langue orale représentée (en particulier dans le texte littéraire ou l’écrit numérique) prend  également sa place dans cette recherche. Sous l’impulsion de la constitution de corpus vidéos issus des Escape Game pédagogiques et la contribution d’ELIA à l’élaboration du projet ANR REACTIF, l’axe ouvre son champ de recherche sur corpus, en intégrant celui de l’analyse de données multimodales et l’étude de l’interaction dans tous ses états et tous ses contextes.

Recherche 2 : Phonétique et enseignement de la prononciation

Dans cette recherche, c’est la perspective de l’amélioration de l’enseignement de la prononciation qui est visée. L’étude de la phonétique et de la prosodie des langues appuyée sur des données multimodales permet d’ouvrir la voie à une didactique globale de la phonétique. Le travail entamé sur et avec la méthode verbo-tonale sera poursuivi.

[ELIA- PROGRAMME 2] : Linguistique de corpus

Recherche 1: Analyse de discours d’experts

Les études inter et multidisciplinaires, prenant appui sur l’expertise d’ELIA en matière d’analyse de discours, seront poursuivies.

L’analyse du discours appliqué au(x) monde(s) (médical, juridique, artistique) pourra se déployer dans d’autres secteurs des SHS (écologie, économie, par exemple) et s’ouvrir aussi bien aux langues natives que non natives. Les nouveaux partenariats développés, dans le cadre de l’EUR CAPS par exemple, seront mobilisés. L’impact des démarches méthodologiques et théoriques mises en oeuvre dans le cadre de l’analyse linguistique outillée des discours permettra d’entretenir des liens dynamiques entre l’équipe LIDILE et le monde socio-économique et culturel, les résultats de ces études pouvant trouver des retombées directes dans la société civile à travers la participation à des congrès d’experts multidisciplinaires et la publication dans des revues idoines.

Recherche 2 : Interopérabilité des données linguistiques

L’analyse linguistique pour la formation des enseignant.e.s de langues  étrangères (FLE, ALE et autres langues) comme pour la traduction spécialisée impliquent un travail sur différents types de corpus allant des corpus d’apprenant.e.s aux corpus de ressources linguistiques et didactiques. Les collections de corpus réalisées jusqu’à présent doivent maintenant se voir structurées dans un  écosystème qui puisse interconnecter toutes les données qui les constituent. L’objectif étant de les rendre disponibles par différentes interfaces utilisateurs et machines. L’objectif opérationnel réside dans la mise en place d’une infrastructure numérique. En nous appuyant sur la TGIR Huma-Num, différents services seront mis en place dans le cadre du principe FAIR (Findable, Accessible, Interoperable and Reusable). Les corpus pourront se prêter aux différentes requêtes et pratiques de fouille textuelle (text-mining) et de fouille multimodale (data mining). Les données seront structurées selon les standards de la TEI tels que XML et Dublin Core. Les problématiques d’annotation linguistique et d’extraction seront étudiées. Du point de vue éthique, des plans de gestion des données (PGD) seront  élaborés pour chacun des corpus mis en ligne. Nous oeuvrerons pour intégrer cet ensemble de ressources à des plateformes de plus grande envergure telles que la Common Language Resources and Technology Infrastructure (CLARIN) et la European Language Grid (ELG).

Contacts : griselda.drouet@univ-rennes.fr, thomas.gaillat@univ-rennes2.fr

Linguistique – Ingénierie – Didactique des Langues