Projet TRANsELE 2020

Recherche d’une transculture dans les actes de langage des apprenants de l’ELE: l’implication de ressources didactiques et pédagogiques dans leurs productions langagières.

PORTEUR DU PROJET : Aura Luz Duffé Montalván

L’ÉQUIPE DE RECHERCHE

Le projet TRANsELE réunit des enseignants chercheurs, des enseignants et des ingénieurs pédagogiques intéressés par la recherche en Linguistique et en Didactique des Langues. Il est composé de 32 membres : 16 en France et 16 à l’international. Sept pays sont représentés (Allemagne, Belgique, Espagne,  France, Italie, Suède, Russie) et Trois sections du CNU (Conseil National des universités) en France y participent, la section 7, la 14 et la 70. Les quatre ingénieurs pédagogiques, tous originaires de France, auront un rôle important à jouer : guider la création et l’expérimentation des ressources numériques des enseignants, en temps voulu.

Tous les enseignants chercheurs et les enseignants des différentes sections possèdent, à différents niveaux, des compétences et des expériences plus ou moins ciblées sur l’étude de la langue, sur l’enseignement et sur l’usage des différentes méthodes et des ressources pédagogiques et didactiques. Plus précisément, certains d’entre eux contribueront par leur enseignement à la constitution des différents corpus, d’autres feront valoir leurs savoirs et leurs savoir-faire dans l’étude de la thématique du projet : les Actes de langage, et, il y aura ceux qui, par leur expertise dans l’analyse des méthodes pédagogiques et didactiques, aideront à déceler le degré d’implication de ces méthodes dans les productions langagières des apprenants.

DESCRIPTION

Le point d’ancrage du projet TRANsELE est la recherche en linguistique appliquée et en didactique des langues dans le cadre spécifique, et encore peu exploré, de l’enseignement/apprentissage de l’espagnol langue étrangère (ELE) en contexte universitaire. Ainsi, après avoir dressé un bilan des différents contextes éducatifs universitaires et analysé comparativement les productions langagières des apprenants-étudiants originaires de différents pays et de différentes cultures, il a été constaté empiriquement qu’il existe des degrés d’interférence entre la langue source et la langue cible. La question posée est celle des liens (directs, indirects, partiels ou complets) entre ces différents degrés d’interférence et les méthodes et ressources didactiques et pédagogiques utilisées dans l’enseignement de l’ELE.

La réponse à cette question conduirait à la proposition d’outils pédagogiques et didactiques adaptés aux besoins des étudiants dont le but ultime est de les aider à réfléchir, lors d’une communication écrite et/ou orale sur la pratique et l’usage de la langue cible dans différents contextes culturels. En effet, leurs productions langagières feraient preuve d’une métaréflexion tant au niveau linguistique qu’au niveau de la culture de l’autre, ce qui reviendrait à construire une transculture chez les étudiants.

La spécificité, d’abord théorique de cette recherche, est que celle-ci embrasserait non seulement les apports théoriques de l’anthropologie et de la socio-linguistique, mais, elle s’appuierait également sur les fondements des séquences d’apprentissage (la motivation, la compréhension et le transfert), sur certaines méthodes (méthodes actionnelle/fonctionnelle/communicationnelle) et sur des ressources pédagogiques et didactiques (la relation enseignant/étudiant, les manuels, les ressources digitales, etc.) pour enrichir le champ théorique et donner des précision au sujet du transculturel dans l’enseignement des langues.

ENJEUX

Du point de vue pratique, ce serait la première fois qu’une mise en application d’une approche théorique telle que cela a été décrit plus haut serait entreprise au niveau international et ce dans le cadre de l’enseignement-apprentissage d’une langue étrangère.

Plus précisément, cette étude entreprend de réaliser une analyse comparée des Actes de langages des apprenants de l’ELE de plusieurs contextes universitaires européens en trois étapes principales.

La première à laquelle participeront les enseignants-chercheurs et les enseignants hispanistes, épaulés par les ingénieurs pédagogiques sera dédiée à la création d’un corpus oral et écrit des Actes de langage (les demandes, les plaintes, la négociation, la justification, les excuses et les remerciements) des étudiants non natifs de l’ELE (Espagnol Langue Etrangère). Ce corpus permettra, d’une part, de déceler les interférences entre leur langue source et la langue cible et, d’autre part, d’identifier la (les) méthode(s) et les ressources didactiques et pédagogiques auxquelles ont été exposées les étudiants. Tous les membres de l’équipe TRANsElE (les enseignants-chercheurs en Sciences du langage, en Sciences de l’Education, les Ingénieurs Pédagogiques et les hispanistes) participeront à ce deuxième recueil de données.

Dans en second temps, l’identification de ce premier corpus servira à ce que l’équipe TRANsEle puisse mettre en place à la fois une méthodologie et des ressources pédagogiques et didactiques communes et spécifiques à tous les contextes éducatifs participant à ce projet. Il sera question de réaliser ensuite une analyse des résultats de cette application.

La troisième et dernière étape proposera, selon les résultats obtenus, une approche théorique et pratique sur l’implication de méthodes et de ressources pédagogiques et didactiques sur les Actes de langages des apprenants non natifs de l’ELE. En effet, il est attendu que leurs productions langagières montrent en filagramme d’un métadiscours propre à une transculture dans laquelle la compréhension de la culture de l’autre, le savoir, et le savoir-faire dans l’usage de la langue cible et soient le vecteur d’une communication adéquate entre le locuteur et l’interlocuteur d’une ou plusieurs langues différentes.

OBJECTIFS

  • Réunir et étudier plusieurs corpus de  différents pays et de différentes cultures dans le but est de déceler la variété de productions des Actes de langage liés à des contextes éducatifs, professionnels et culturels.
  • Étudier l’influence de différentes méthodes pédagogiques et didactiques de l’apprentissage de l’Espagnol Langue Etrangère sur la production pragma-linguistique de nos étudiants (requêtes, plaintes, remerciements, expressions de joie et de mécontentement).
  • Établir un catalogue des productions langagières et une méthode d’enseignement-apprentissage prenant en compte les différences culturelles et  les actes de langage.
  • Diffuser à d’autres langues.

Linguistique – Ingénierie – Didactique des Langues

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search