seminaire 2011

19E CONGRÈS RANACLÈS
24/11/2011 25/11/2011 26/11/2011

LA GRAMMAIRE DANS LES CENTRES DE LANGUES

UNE QUESTION  DANS  TOUS  SES  ÉTATS

Les Centres de Langue, qui ont pour mission l’enseignement des langues à des spécialistes d’autres disciplines (LANSAD), en formation initiale ou continue, doivent désormais s’appuyer sur le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL), publié par le Conseil de l’Europe en 2001. Le CECRL a pour but d’offrir « une base commune pour l’élaboration de programmes de langues vivantes, de référentiels, d’examens, de manuels, etc. en Europe. ».

La « compétence grammaticale » fait partie des « compétences communicatives langagières » listées, les niveaux C1 et C2 définis par le Cadre commun supposent ainsi « un haut degré (C1) / niveau (C2) de correction grammaticale ». Cependant, la démarche prônée par le CECRL est résolument de type actionnel et force est de constater que ce type d’approche ne place pas au premier plan l’enseignement de la grammaire.

Si les étudiants spécialistes en langues continuent de bénéficier, à l’Université, de cours de grammaire proprement dits, ce type de cours tend, en revanche, à disparaître dans les Centres de Langue. La langue n’est plus étudiée en elle-même mais à travers les « tâches » que l’on souhaite voir réalisées par les apprenants.

Cette pédagogie nouvelle soulève donc le problème de l’intégration de la grammaire. Puisqu’il s’agit in fine de conduire l’apprenant vers un niveau de langue qui suppose une bonne maîtrise de la grammaire, il est essentiel d’inventer une nouvelle façon de l’enseigner. Il s’agit d’éviter que celle-ci, reléguée au second plan par la pédagogie actionnelle, ne perde sa visibilité dans  la formation LANSAD. En effet, la question se pose de savoir si l’absence d’un enseignement « frontal » de la grammaire ne risque pas de nuire à l’acquisition, par les apprenants, d’un niveau supérieur à A2 (« peut utiliser des structures simples correctement mais commet encore systématiquement des erreurs élémentaires comme, par exemple, la confusion des temps et l’oubli de l’accord ») ou B1 (« a un bon contrôle grammatical malgré de nettes influences de la langue maternelle »).

S’ajoute à cette question la spécificité du public LANSAD : les étudiants suivent souvent depuis des années un enseignement de langue étrangère et ont normalement déjà abordé toutes les notions grammaticales indispensables à sa maîtrise.. Pourtant, les groupes d’étudiants LANSAD se caractérisent par une forte hétérogénéité face à laquelle il est indispensable d’imaginer une pédagogie originale de révision/acquisition des fondamentaux à la fois non-démotivante et efficace.

Ce Congrès RANACLES se concentrera donc sur les questions suivantes, dans les domaines de la  linguistique et de la didactique :

– Quelles stratégies inventer pour intégrer la grammaire dans l’enseignement dispensé en LANSAD et, plus généralement, dans les Centres de Langues?

– Comment définir les besoins linguistiques des étudiants ?

– Comment construire un programme de grammaire approprié ?

– Quelle grammaire inventer ou ré-inventer en amont pour rencontrer les besoins des apprenants LANSAD, en fonction des exigences de leurs carrières professionnelles?

– Quelle grammaire proposer, dans une perspective actionnelle?

– Comment structurer l’enseignement grammatical dans la pédagogie par tâche?

Les propositions de communication (en français ou en anglais, comprises entre 600 et 1200 mots, avec titre et bibliographie) sont à envoyer à Sandrine Oriez (sandrine.oriez@univ-rennes2.fr) avant le 15 septembre 2011.

Toutes les langues enseignées en France, y compris le FLE, sont naturellement concernées par ce Congrès.

Comité d’Organisation

CLOAREC Nicole
DERRIEN Isabelle
DUMONT Bénédicte
MORAN Catherine
ORIEZ Sandrine
SCHUWER Martine

Comité Scientifique

ORIEZ Sandrine
(U. Rennes 2)
ALLANIC Bernard
(U. Rennes 2)
BELAN Sophie
(U. Nantes)
BERTIN Jean-Claude
(U. Le Havre)
BOURVON Marie-Françoise
(U. Rennes 2)
DERRIEN Isabelle
(U. Rennes 1)
DUFFE Aura
(U. Rennes 2)
GAILLAT THOMAS
(U. Rennes 1)
KUBLER Nathalie
(U. Paris 7)
LE BOT Marie-Claude
(U. Rennes 2)
LOFSTROM Jonas
(U. Rennes 2)
RICHARD Elisabeth
(U. Rennes 2)
ROUVEYROL Laurent
(U. Nice)
SABER Anthony
(ENS Cachan)
SCHNABEL BETINA
(U. Rennes 2)
SCHUWER Martine
(U. Rennes 2)
TILLY Eva
(U. Rennes 2)
TOMA Antoine
(U. Toulouse 2)

 

Inscription  en  ligne 
http://www2.scelva.univ-rennes1.fr/ranacles/

Calendrier
Date limite de soumission : 15/09/2011

___________________________________________________________________________

2E COLLOQUE DE L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DE STYLISTIQUE
07/11/2011 08/11/2011 09/11/2011

La parole, est, par définition, actualisation de la langue par la singularité énonciative. Mais de nombreuses études montrent combien l’expression singulière est en réalité constituée de séquences préétablies, aussi bien dans la reproduction de patrons syntaxiques, ou de formules courantes, que dans les discours plus élaborés, où la phraséologie s’impose beaucoup plus fortement qu’on ne le pense a priori.  De plus, les saillances singulières sont souvent à interpréter avec méfiance: une mise en perspective synchronique et/ou diachronique oblige dans bien des cas à relativiser la singularité de ces faits ponctuels ainsi isolés. Le singulier vient alors s’inscrire dans une série langagière d’abord insoupçonnée, et cette inscription autant que le fait en lui-même permettent de lui donner une valeur stylistique, valeur elle-même variable précisément en fonction des contextes que la mise en série permettra d’établir. Il s’agira donc de réfléchir à la fois au local et au global de tout fait/effet discursif : fait singulier, fait générique, en passant par le fait de langue daté, le fait de langue d’un groupe restreint, etc., comment les faits de langue deviennent-ils des effets de style et à quel niveau ?
Gageons que les expressions fait de langue, fait de style, ne relégueront pas le style à la facticité et ne nous conduiront pas à  une « rhétorique restreinte », car le fait n’est pas seulement ce qui est constitué, mais aussi événement et processus dynamique, phénomène. Ce second colloque de l’Association Internationale de Stylistique tentera donc de maintenir dans le champ d’investigation non seulement le fait, en tant que résultat textuel, mais encore le fait en tant que processus de production et d’interprétation.
Parmi les questions que le comité scientifique souhaite voir traiter, on peut proposer :
Pourquoi et comment peut-on délimiter des faits au sens d’éléments repérables, isolables et descriptibles en soi ?
Pourquoi et comment un « fait » ou un faisceau de faits a-t-il une valeur assignable ?
Peut-on élaborer une périodisation littéraire à partir de l’histoire des valeurs des « faits » ?
Comment lier un fait de langue et un effet de style ?
Comment enseigner les faits de langue, les effets de style ?

La nature même des questions ici posées montre combien les organisateurs du colloque relient la réflexion disciplinaire et institutionnelle aux pratiques pédagogiques, et au travail de transmission. La stylistique est ici concçur comme la discipline dont le rôle est précisément d’articuler savoirs disciplinaires et pratiques du discours. C’est pourquoi le colloque figure, pour les journées du 8 et du 9 novembre, dans le programme du Plan Académique de Formation (PAF) offert aux enseignants du secondaire. Dans le même esprit, une table ronde, animée par deux stylisticiens de l’Université de Caen, et deux inspecteurs pédagogiques régionaux/formateurs sera tenue le 8 novembre.

Comité scientifique

Laurence Bougault
(U. Rennes 2)

Glenn Fetzer
(Calvin College)

Laure Himy-Piéri
(U. Caen)

Anna Jaubert
(U. Nice)

Georges Molinié
(U. Paris-IV)

Gilles Philippe
(U. Paris 3 Sorbonne Nouvelle)

Christelle Reggiani
(U. Lille 3)

Judith Wulf
(U. Rennes 2)

Ce colloque est organisé par Laurence Bougault, avec le soutien de l’équipe LIDILE.

___________________________________________________________________________

QUELLE FORMATION POUR LES FORMATEURS EN TRADUCTION ?
14 OCTOBRE 2011

La formation des futurs traducteurs a fait l’objet, ces dernières années, de nombreuses recherches et initiatives, tant au niveau national qu’au niveau européen, visant à définir des référentiels de compétences des futurs traducteurs et à développer des formations universitaires répondant à des critères rigoureux de qualité scientifique et pédagogique. Cette évolution s’est imposée avec d’autant plus de force que, si l’acte de traduire, sous ses formes diverses, conserve toutes ses exigences en termes de compétences linguistiques et cognitives, les métiers de la traduction et de la localisation évoluent rapidement au gré des marchés, de la complexité croissante des processus et des besoins, et de l’influence grandissante des nouvelles technologies à toutes les étapes de la prestation.
Afin de suivre, voire d’anticiper ces évolutions tout en continuant « d’apprendre à traduire », les formations de traducteurs ont diversifié les enseignements et les pratiques pédagogiques. Cette diversification génère à son tour des besoins de nouvelles compétences scientifiques et pédagogiques chez les formateurs, dans des domaines aussi variés que la traduction spécialisée, la révision et le contrôle de qualité, l’organisation et la gestion de projets, l’informatique appliquée à la traduction et au multimédia ou la rédaction technique. Toutefois, relativement peu de recherches universitaires ont été consacrées à la définition des compétences particulières que doivent maîtriser les formateurs de futurs traducteurs eux-mêmes.

Cette journée d’étude, qui se tiendra à l’Université de Rennes 2, s’attachera à cerner les modèles, les méthodologies, et les bonnes pratiques en matière de formation de formateurs de traducteurs, et notamment les thématiques suivantes :
– quelle(s) qualification(s) scientifiques, pédagogiques et professionnelles pour les formateurs en traduction ?
– comment transmettre les compétences professionnelles en traduction spécialisée / gestion de projets / assurance et contrôle de qualité / informatique appliquée à la traduction-localisation / rédaction technique …?
– quelles interactions entre formateurs « universitaires » et formateurs des milieux professionnels dans les formations de traducteurs ?
– quelle(s) interaction(s) entre recherche et formation en traduction ?

Contacts 

Daniel TOUDIC
daniel.toudic@univ-rennes2.fr
02 99 14 16 87

Katell HERNANDEZ-MORIN
katell.morin-hernandez@univ-rennes2.fr
02 99 14 16 89

La journée d’étude est organisée par l’axe TRASILT avec le soutien de la DGLFLF (Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France).

Calendrier

  • Date limite de soumission : 30/05/2011

Soumission

Les propositions pour des communications de 15 minutes maximum (analyses, témoignages, études de cas, etc.) seront envoyées sous forme de résumé en français ou en anglais (300 mots), accompagnées d’une brève note bibliographique, avant le 30 mai 2011.

___________________________________________________________________________

FAIRE PARLER LES CORPUS : HYPERBASE
1 AVRIL 2011

FAIRE PARLER LES CORPUS
Hyperbase: logiciel hypertextuel et statistique pour le traitement des grands corpus

9-12h
« Analyse de données textuelles : entre qualitatif et quantitatif »

Laurent Rouveyrol 
CNRS, UMR 6039 « Bases, corpus, Langage »  Université de Nice Sophia-Antipolis

Mise en évidence, dans une perspective épistémologique, d’une approche qualitative et quantitative de l’exploitation de données textuelles.
La conférence, axée sur l’utilisation de logiciels d’analyse quantitative et/ou qualitative de discours, donnera un aperçu de ce qu’il est possible d’envisager pour « faire parler les corpus ». L’accent sera mis sur deux logiciels UAM Corpus Tools, et Hyperbase.

14-16h
Workshop Marion Bendinelli

CNRS, UMR 6039 « Bases, corpus, Langage »  Université de Nice Sophia-Antipolis

Création d’une base de corpus, mise en place d’interrogations par Hyperbase et des fonctions propres au logiciel : thèmes, associations, analyses arborées …

Organisation
Martine.schuwer@univ-rennes2.fr

__________________________________________________________________________b

(DES-) ORGANISATION DE L’ORAL ?
24/03/2011 25/03/2011

DE LA SEGMENTATION A L’INTERPRETATION

Conférenciers invités

Mary-Annick MOREL (Paris 3)
Évolution des recherches sur l’oral et infléchissement des centres d’intérêt depuis les années 1970 : un aperçu
Paul CAPPEAU (Poitiers)
Corpus, ô mon beau corpus : regard (critique) sur l’apport des corpus

De la segmentation… Contrairement à ce qui se produit à l’écrit, qui permet de planifier, d’élaborer par touches successives, voire de rectifier son propos sans laisser la moindre trace de ces ratures, à l’oral les énoncés s’élaborent « en direct », sans «temps de préparation », ni de possibilité d’effacement des amorces, ratés, corrections, et autres reformulations. Ces caractéristiques ont certainement leur corollaire sur le plan syntaxique, et d’autant plus que l’oral ne dispose pas de signes typographiques pour matérialiser l’agencement des propos. De fait, la question centrale que pose ce colloque est celle de l’organisation syntaxique des productions orales : comment segmente-t-on le flux de paroles reçues ? Les tours de parole sont-ils les seuls indices dont nous disposions pour délimiter des unités ? Est-il adapté de parler de phrases, d’énoncés, de propositions, d’unités syntaxiques, de périodes ? En quoi l’intervention de phénomènes prosodiques ou encore extra/para-linguistiques contribue-t-elle à la structuration de cet oral/ de l’oral ? D’autres paramètres spécifiques sont-ils à intégrer dans les descriptions de l’oral ? … à l’interprétation Si les productions orales doivent être analysées du point de vue syntaxique, il faut également les observer du point de vue de l’organisation discursive. Pensées en termes séquentiels ou discursifs, elles déploient un ensemble d’opérations complexes (reformulations, ellipses, parenthèses, discours direct, détachement, etc.), et de marqueurs spécifiques (voilà, donc, euh, bon, ben, alors, quoi, enfin…) qui permettent de (ré-)élaborer, de modifier sur le plan syntagmatique ce qu’il n’a pas été possible de peaufiner sur le plan paradigmatique. L’articulation particulière de ces axes  – syntagmatique et paradigmatique – ne constitue-t-elle pas d’ailleurs une des spécificités de l’oral ? Parallèlement, on pourra poser la question des stratégies permettant aux énonciateurs de favoriser la cohérence et la cohésion de leurs productions orales. On s’interrogera en outre sur la prise en compte d’autrui dans ces productions, en examinant notamment les marques formelles associées aux situations dialogiques ou dialogales. ExploitationsImmanquablement, ces interrogations soulèvent à leur tour des questions méthodologiques. Ainsi, l’intérêt que suscite depuis plusieurs années déjà l’étude de ces productions orales a conduit les linguistes à constituer de nouveaux corpus et, de fait, à s’interroger sur les méthodes de collecte et de présentation de ces données. Ce colloque sera l’occasion de faire le point sur les apports des analyses les plus récentes aux divers champs de la linguistique. Si l’exploitation des corpus oraux a complété l’appareil de description dont nous disposions déjà pour l’écrit, ce colloque interrogera en particulier les nouvelles notions linguistiques élaborées pour l’étude de la langue orale. On se demandera encore dans quelle mesure les grammaires les plus récentes prennent en compte les résultats de ces analyses. Et quelles sont les exploitations/applications de telles analyses dans les domaines de la didactique des langues, des langues de spécialité ou encore de la traduction. En somme, ce colloque sera l’occasion de faire le bilan des recherches actuelles sur l’oral, et de confronter différents modèles théoriques dans tous les domaines de la linguistique qui touchent l’étude et l’analyse de la langue orale.

Comité d’organisation

Marie-Françoise BOURVON
Griselda DROUET
Aura DUFFE
Jonas LÖFSTRÖM
Sandrine ORIEZ
Elisabeth RICHARD
Betina SCHNABEL-LE CORRE

Comité scientifique

Mylène BLASCO-DULBECCO
(Clermont-Ferrand)
Gilles CORMINBOEUF
(Fribourg, Suisse)
Katarina CHOVANCOVA
(Banska Bystrica, Slovaquie)
Etienne DASSI
(Yaoundé, Cameroun)
Henri José DEULOFEU
(Marseille 1)
Gaétane DOSTIE
(Québec, Canada)
Aura DUFFE
(Rennes 2)
Minerva Oropeza ESCOBAR
(CIESAS-Golfo, Mexique)
Claire DOQUET LACOSTE
(IUFM, Brest)
Sylviane GRANGER
(Louvain, Belgique)
César HERNANDEZ ALONSO
(Valladolid, Espagne)
Franziska HEYNA
(Fribourg, Suisse)
Ruth HUART
(Paris 7)
Meri LAVAAJARA
(Turku, Finlande)
Dominique LEGALLOIS
(Caen)
Florence LEFEUVRE
(Paris 3)
François MOURET
(Rennes 2)
Sandrine ORIEZ
(Rennes 2)
Frédérique PASSOT
(Paris 3)
Raquel PASTOR
(Argentine)
Blandine PENNEC
(Perpignan)
Elisabeth RICHARD
(Rennes 2)
Olivier SIMONIN
(Perpignan)
Ulla TUOMARLA
(Helsinki, Finlande)
Bernadeta WOJCIECHOWSKA
(Poznàn, Pologne)

___________________________________________________________________________

Linguistique – Ingénierie – Didactique des Langues